Achat de billets
Achat VidéoPass
News
14 jours ago
By motogp.com

Les ennuis de Yamaha, une histoire ancienne ?

La marque aux diapasons s’est adjugée les deux premières victoires de l’année, mais le dur reste sans doute à faire…

Tags MotoGP, 2021

Cette saison 2021 ne pouvait pas mieux commencer pour Yamaha ou du moins pour le team officiel, puisque Maverick Viñales (Monster Energy Yamaha MotoGP) et Fabio Quartararo (Monster Energy Yamaha MotoGP) remportaient les deux premiers rendez-vous de l’année… alors que tout le monde prédisait une victoire facile des rouges.

À vrai dire, depuis 2018, Ducati demeurait invaincue sur ce tracé dont les caractéristiques conviennent parfaitement à la Desmosedici ; ses pilotes pouvant en effet y exprimer toute puissance de leur moteur en ligne droite. Johann Zarco (Pramac Racing) y établissait d’ailleurs un nouveau record de vitesse en 362.4 km/h. Parallèlement, Jack Miller (Ducati Lenovo Team) y avait inscrit le meilleur temps du Test : une domination qui se confirmait ensuite en essais libres et en qualifications avec cette pole tout d’abord de Francesco Bagnaia (Ducati Lenovo Team), puis de Jorge Martín (Pramac Racing).

Mais en course, les Ducati avaient finalement plus de mal à gérer l’usure du pneu arrière, et dans les deux cas, on assistait au même scenario, comme en attestent ces remontées de Maverick Viñales et de Fabio Quartararo.

Résumé : Deuxième victoire consécutive pour Yamaha à Losail

Bien évidemment difficile d’avancer la moindre conclusion, dans la mesure où seulement deux épreuves ont été à ce stade disputées. Il n’empêche que ces résultats sont bien éloignés de ceux connus fin 2020.

Petit rappel des faits : après des débuts en fanfare à Jerez, avec un doublé de Fabio Quartararo - alors engagé sous les couleurs du team Petronas Yamaha SRT - devant Maverick Viñales, leurs performances s’étaient quelque peu essoufflées ; la régularité ayant fait défaut à la marque aux diapasons, comme le reconnaissait bien volontiers Massimo Meregalli et à divers égards. L’histoire de ces moteurs défaillants n’arrangeait au passage pas les choses, si bien que Maverick Viñales était contraint de s’élancer de la pitlane à Valence pour avoir utilisé un sixième quatre cylindres.


Le Catalan ne décrochait ainsi qu’un succès supplémentaire à Misano, son unique podium. Même chose pour Fabio Quartararo à Montmeló. Franco Morbidelli (Petronas Yamaha SRT) résistait encore plutôt bien, à la différence des trois autres qui disposaient d’une M1 d’usine. Preuve en est, ces trois succès empochés dans le cadre des Grands Prix de Saint-Marin, de Teruel et de Valence, lui permettaient de terminer deuxième du Championnat, à seulement 13 points de Joan Mir (Team Suzuli Ecstar). Maverick Viñales, Fabio Quartararo et Valentino Rossi, écarté durant deux épreuves à cause de la Covid, finissaient quant à eux sixième, huitième et 15e.

Précisons d’autre part, que tout n’est actuellement pas au beau fixe non plus, côté Yamaha ; Franco Morbidelli et Valentino Rossi, respectivement handicapés par des soucis visiblement de holeshot device et de pneus sur le premier rendez-vous, n’ayant enregistré des points qu’une seule fois, sans même atteindre le Top 11. Des solutions restent donc à trouver dans le clan Petronas Yamaha SRT.

Rossi : « Du mieux, mais pas suffisant ! »

Ajoutons également que la campagne 2017 avait tout aussi bien démarré pour Yamaha, avant que leurs espoirs ne prennent progressivement l’eau.

La manche de Portimão devrait par conséquent nous aider à y voir plus clair. Maverick Viñales, Valentino Rossi et Fabio Quartararo s’y étaient classés 11e, 12e et 14e en 2020. En revanche, Franco Morbidelli y avait signé une belle deuxième place. Alors qu’en sera-t-il cette année ? La réponse bientôt. En tout cas ce Grand Prix pourrait un peu faire office de juge de paix !

Regardez les courses en Direct ou OnDemand, et profitez avec le VidéoPass, de tout le contenu motogp.com, qu’il s’agisse d’interviews, de sujets techniques… ou encore d’épreuves historiques.

Recommandés