Achat de billets
Achat VidéoPass
News
3 jours ago
By motogp.com

KTM proche de perdre ses concessions…

motogp.com vous explique pourquoi en se basant sur le règlement et sur les points d’ores et déjà cumulés par la marque.

Il y a deux semaines de ça, KTM décrochait son tout premier succès en catégorie reine avec Brad Binder (Red Bull KTM Factory Racing). Une victoire à double tranchant, puisque la marque autrichienne – arrivée dans la cour des grands il y a trois ans, inscrivait de fait trois points de concessions sur les six qui lui sont accordés. Justement comment fonctionne ce système, que risquerait concrètement de perdre KTM ? Voici un petit récapitulatif du règlement pour vous permettre d’y voir plus clair !


Tout d’abord ces concessions s’adressent à tout nouveau constructeur ayant intégré les rangs du MotoGP™ depuis 2013 et ceux qui n’ont pas obtenu de victoire sur le sec durant cette période. Ces derniers disposent ainsi d’un certain nombre d’avantages. Ses pilotes bénéficient par exemple de neuf moteurs, qu’ils peuvent faire évoluer. Ils ont également la possibilité d'effectuer des tests à n’importe quel moment sur le tracé de leur choix, avec ou sans titulaires et possèdent par ailleurs un nombre de six wildcards. Seule condition pour en profiter : ne pas marquer plus de six points sur une durée de deux ans, après quoi les compteurs sont forcément remis à zéro ; sachant qu’une victoire en vaut trois, une deuxième place deux et une troisième un !

Quand ce nombre est atteint, ces tests ne sont dès lors plus illimités et seuls les pilotes essayeurs peuvent y participer. Dès l’année suivante, ces roulages sont aussi plus encadrés. Comme pour tous les autres constructeurs, la marque devra faire connaître les trois pistes où elle roulera. La marque n’aura le droit plus qu’à sept moteurs et trois wildcards… Enfin ça c’était avant l’épisode Covid, car pour des raisons budgétaires, le règlement a subi quelques modifications à ce sujet.

D’une part, il est dit qu’on ne peut plus gagner de concessions mais seulement en perdre. Pour KTM, le danger est donc toujours présent ! Pour ce qui est des wildcards, cette année dans tous les cas, il n’y en aura pas. Enfin, compte tenu du nombre de courses moindre comparé à la saison passée, les marques possédant des concessions sont limitées à sept moteurs, cinq pour les autres et tout le monde est soumis à un gel du développement de ce point de vue-là.

Si on fait les calculs, KTM en est déjà à quatre sur six, puisque souvenez-vous au GP de Valence 2018, Pol Espargaró (Red Bull KTM Factory Racing) avait déjà rallié l’arrivée en troisième position ! Autrement dit, une deuxième place ou un nouveau triomphe de la marque autrichienne entraînerait une perte des concessions, qui se manifesterait par : l’interdiction immédiate pour Pol Espargaró, Brad Binder, Miguel Oliveira (Red Bull KTM Tech3) et Iker Lecuona (Red Bull KTM Tech3) d’effectuer le moindre test. Tout reposerait donc sur les épaules de Dani Pedrosa et les journées seraient limitées. À compter de 2021, KTM devrait nommer trois circuits où elle effectueraient des tests. Les moteurs resteraient gelés durant l’année et ses pilotes n’en possèderaient plus que sept, en admettant que le calendrier soit complet. Enfin, elle n’aurait la permission d’aligner que trois wildcards.

La semaine passé, Pol Espargaró avait affiché un rythme prometteur dès le début du week-end et tout particulièrement en FP4, mais n'avait pas pu concrétiser avec cet accrochage survenu en course avec Miguel Oliveira (Red Bull KTM Factory Racing). Pas question de passer sa chance une deuxième fois, surtout que cette fois, il s'élance de la pole... Autrement dit, ce dimanche pourrait marquer la fin des avantages côté KTM…

Regardez les courses en Direct ou OnDemand, et profitez avec le VidéoPass, de tout le contenu motogp.com, qu’il s’agisse d’interviews, de sujets techniques… ou encore d’épreuves historiques.